Le bruit constitue la thématique environnementale importante au coeur de l'aéroport Marseille Provence.
Elle n'est pas seulement une problématique interne à l'entreprise mais bien un véritable enjeu dans la relation avec les riverains.
Depuis plus de 10 ans, l'aéroport s'engage dans la concrétisation d'actions pour réduire activement les nuisances sonores et contribuer à la
satisfaction des riverains.

separateur charte

LE TRAFIC

1.1 L'évolution du trafic


L'année 2013 a été marquée par une stabilisation du trafic passagers avec une évolution de -0.4%. Le nombre de mouvements d'avions est en baisse (-4.7%)
de même que les mouvements commerciaux (-3.9%). Les mouvements non commerciaux (20 735) sont en baisse de 3.9%. Le trafic se situe toujours en deçà de son niveau historique de l'an 2000 (100 044 mouvements commerciaux, 34 048 mouvements non commerciaux).

 

Emisions sonores trafic2013


1.2 Mouvements par piste et sens des pistes


En 2013, la piste 1 (3500m) a accueilli 87% du trafic (95 613 mouvements), la piste 2 (2400m) 13% du trafic (13 873 mouvements). Le choix du sens des pistes est avant tout conditionné par des impératifs de sécurité. Les avions doivent atterir et décoller face au vent dès lors que le vent dans l'axe des pistes est supérieur à 9km/h. Le vent dominant dans notre région étant le mistral, la grande majorité des décollages (73%) et des atterrissages (70%) se font face au nord.


Comparaison départ arrivée 2013

1.3 Trafic de nuit


La nuit, chaque fois que possible, els services de l'Aviation Civile favorisent les survols de l'Etang de Berre, c'est à dire les décollages face au nord et les atterrissages face au sud, évitant ainsi de pénaliser les riverains de l'aéroport. C'est ainsi que dans la tranche horaire "22h / 6h", 44% des atterrissages ont été réalisés face au sud en 2013 et 70% des décollages ont été réalisés face au nord, évitant ainsi au maximum le survol des zones urbanisées.

comparaison départs arrivées nuit

 

separateur charte

 

Restriction de nuit 

 

Un arrêté ministériel de restriction en date du 27 novembre 2007 et applicable depuis le 26 octobre 2008 est venu interdire, entre 23h et 6h, l'atterrissage et le décollage des avions les plus bruyants du chapitre 3 tels que définis par l'OACI, c'est-à-dire ceux dont la certification acoustique fait apparaître une marge cumulée inférieure à 5 EpndB.

Cet arrêté prévoit également de sanctionner les compagnies qui ne respecteraient pas les procédures en vigueur.

La sensibilisation des compagnies aériennes, l'adaptation de leurs horaires et la modernisation des flottes ont entraîné la quasi disparition de ces avions dans les créneaux horaires prévus par l'Arrêté. Six vols ont cependant fait l'objet d'un procès verbal. Ces procès verbaux ont été transmis à l'ACNUSA qui est la seule autorité compétente pour prononcer des sanctions (jusqu'à 20.000€ selon la gravité).

L'aéroport a proposé de nouvelles restrictions. Le futur projet d'Arrêté de restriction d'exploitation qui devrait être pris en 2011 prévoit d'interdire les turbopropulseurs dont la marge est inférieure à 8 EpndB, entre 22h et 6h, et d'élargir la plage horaire concernant l'interdiction des turboréacteurs dont la marge est inférieure à 5 EpndB, la portant de 22h à 6h au lieu de 23h à 6h auparavant. L'aéroport a prévu de réaliser également en 2011 une étude d'impact environnemental, économique et social, pour évaluer les conséquences d'éventuelles nouvelles restrictions selon les principes de l'approche équilibrée prévue dans le décret du 28 septembre 2004.